Tourbière Cikwanikaci

Tourbière Cikwanikaci

Menu  

Flore de la tourbière Cikwanikaci

 
On y dénombre à ce jour plus de 215 espèces de plantes vasculaires. On doit ajouter un grand nombre de bryophytes et de lichens. La grande majorité des espèces présentes ici et là dans les tourbières québécoises sont présentes à Cikwanikaci. On a donc un microcosme des tourbières québécoises. En plus des plantes susceptibles et carnivores, quelques plantes d’intérêt méritent une attention particulière.

Carex canescens
Les carex, plantes difficiles à identifier pour certains botanistes mais tellement importantes sur le plan écologique, forment de 12 à 15% des espèces de la tourbière. Beaucoup de Carex de milieu humide y trouvent une niche écologique très propice à leur développement. Ils sont caractérisés par un organe reproducteur unique, le périgyne ayant la forme d’une bouteille à l’intérieur de laquelle se développe l’akène. Les périgynes sont organisés en épis plus ou moins garnis selon les espèces.
Betula michauxii
Le bouleau de Michaux (Betula michauxii) présente un intérêt particulier en ce sens qu’il est à la limite sud de son aire de distribution généralement plus près de la baie James. Il s’agit d’un petit arbuste ne dépassant guère 50 cm et portant des feuilles minuscules. À la tourbière Cikwanikaci, il est présent dans la région de la petite mare et on dénombre plusieurs centaines d’individus.
Ranunculus lapponicus 
La renoncule des Lapons (Ranunculus lapponicus) est une plante surtout nordique rencontrée exceptionnellement dans le Québec méridional. On la retrouve jusque dans la Terre de Baffin et au Groenland. Selon Flora of North America, les Inuits l’utilisent comme plante médicinale.

On trouve ici et là des plantes non associées traditionnellement aux tourbières, le long des rivières Bernetz et Laflamme, dans les talus argileux. Ces talus, pour fin de compréhension de l’écosystème, sont intégrés à la présente étude.

 

Inventaire des plantes vasculaires de la tourbière Cikwanikaci

 
 Retour au début